Dijon et son pain d’épices

Si je vous dis qu’il nous vient de Chine, vous me croyez? Quelle belle histoire cosmopolite que celle du pain d’épices: du gâteau de miel chinois, agrémenté ou non de plantes aromatiques, en passant par les pays du Levant, puis par les mains des Croisés pour enfin être diffusé comme pâtisserie de Noël par les réseaux monastiques, notamment cisterciens, dans l’Europe du Nord, puis dans le Nord-Est de la France. Au fil des siècles, des régions (Alsace) et des villes comme Reims et Dijon ont acquis une grande réputation dans la fabrication du pain d’épices avec des recettes spécifiques (type de farine, nombre d’épices)

Il serait arrivé à Dijon grâce aux Ducs de Bourgogne. L’histoire édulcorée raconte que Marguerite de Flandres, épouse de Philippe le Hardi adorait ça. Elle aurait accepté le mariage sous réserve de pouvoir en manger jusqu’à plus faim…Le Duc a fait le nécessaire et jusqu’à 12 fabriques de pain d’épices ont existé dans la ville. La version plus terre à terre, raconte simplement que le pain d’épices aurait été rapporté de Flandre par le duc Philippe le Bon. Quoiqu’il en soit, il ne reste plus qu’une fabrique aujourd’hui qui perpétue un savoir-faire familial et traditionnel depuis plus de 200 ans, la fabrique Mulot&Petitjean, on en pousse les portes?

La fabrique de pain d’épices Mulot&Petitjean

Situé à deux pas du centre-ville. au croisement du bd de l’Ouest et de la rue des Perrières, là même où en 1912, la fabrication du pain d’épices a été transférée du centre-ville. Le style du bâtiment le rappelle, il a gardé son apparence initiale d’usine du début du XXème siècle.

Quand on rentre dans l’atelier de Mulot&Petitjean, une délicieuse odeur de pain d’épices, telle la madeleine de Proust, nous replonge en enfance. 

Avec un audioguide ou accompagné d’un guide, la visite débute dans un bureau, ambiance art déco, des moules et tampons Mulot&Petitjean sont exposés dans des vitrines en verre : commence alors l’histoire du pain d’épices à Dijon et de la Maison Mulot & Petitjean.  Originaux, les portraits accrochés aux murs, s’animent et nous délivrent un morceau de l’histoire familiale.

La salle suivante fait la part belle aux sens: on regarde, on sent, on touche les ingrédients nécessaires à la fabrication du pain d’épices de Dijon, la recette se dévoile!

Le pain d’épices de Dijon se caractérise par sa pâte mère composée de farine de froment, de miel et de sucre qui repose deux semaines avant qu’on y ajoute les jaunes d’œufs, le levain et les arômes (anis) en veillant au faible taux de matières grasses. La pâte braquée obtenue repose deux ou trois jours puis est découpée et mise au four, les mêmes fours qu’à la construction de l’usine en 1912! C’est dans un troisième espace que l’on découvre ces étapes de fabrication  à travers l’exposition de la collection de machines et les témoignages, sur écrans géants, des salariés de l’usine.

Cette visite ludique se termine sur une touche gourmande: une dégustation de différentes spécialités dans la boutique.

Atelier culinaire

En l’an 2019, dans le monde d’avant, la fabrique a lancé une belle initiative à laquelle j’ai pu participer. Malheureusement, le contexte Covid19 n’a pas permis la réitération de cet événement en 2020.

C’est au mois de décembre, dans le cadre des préparatifs des fêtes de fin d’année, que j’ai fait une visite singulière intitulée « Apéritif de fêtes »: la découverte de la fabrique s’achevait sur un atelier culinaire spéciale fêtes , en compagnie d’un chef , Damien Curie.

Un moment instructif, enrichissant, convivial et gourmand qui m’a permis de proposer à mes convives l’un des mets du chef: les toasts de pain d’épices citron-gingembre, endive croquante habillée de saumon fumé, une merveille!!!

LA boutique Mulot&PetitJean

Si vous devez acheter des gourmandises de chez Mulot&Petitjean, rendez-vous place Bossuet, là où se situe l’ancien siège de l’entreprise (1805-1912). Cette boutique, parmi les trois qui sont implantées au centre-ville, jouit d’un patrimoine d’exception puisqu’elle est abritée dans un hôtel particulier construit au XVème siècle, l’Hôtel Catin de Richemont. Avant l’existence de la fabrique, c’est ici que se faisait les visites guidées, notamment dans l’arrière boutique.

Ce lieu est épatant, les plafonds et les boiseries sont somptueusement décorés et attirent immédiatement le regard, le vieux comptoir en bois et l’ancienne balance nous font faire un bond dans le temps. On raconte que lors de la restauration de la façade du bâtiment en 1919, dans le style néogothique, un mulot s’est glissé parmi les petits animaux sculptés, soyez attentifs!

Du pain d’épices nature, aux amandes à celui aux fruits confits en passant par les nonnettes dont la gamme de parfum est surprenante, tout est réuni pour satisfaire tous les gourmands!

Bonne touristerie locale!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close