La légendaire Chouette

Si la moutarde semble indissociable de Dijon, il en va de même pour sa non moins célèbre chouette, que l’on trouve dans la rue du même nom, sur le contrefort Nord de l’église Notre-Dame. Cette rue abrite d’autres pépites dijonnaises notamment, la boutique de la moutarderie Fallot , la Maison Millière et l’Hôtel de Vogüé: un tas de raisons pour y flâner!

Histoire&Légendes

Il existe de nombreux récits, écrits, recherches sur la Chouette de Dijon. Vous lirez ici, la légende d’un architecte et de sa chouette trouvée, et là, qu’il s’agit de la signature d’un architecte du nom de M. Chouet, ou encore, qu’il s’agit d’une représentation de l’animal de la déesse Athéna … Egalement, qu’elle symbolise le peuple juif, mais qu’elle est aussi un symbole de protection, notamment contre les incendies, et que finalement, la chouette est en réalité un hibou grand duc, hommage aux Ducs de Bourgogne… Un des derniers ouvrages à faire la lumière sur le sujet est celui de Bertrand Carlier, fondateur de jondi.fr , « La véritable histoire de la Chouette de Dijon« .

Ce qui est sûr, c’est que c’est à la fin du XVIIème siècle qu’elle devient un porte-bonheur. On raconte qu’un fantôme hante l’église Notre-Dame. La croyance populaire en fait dès lors le rempart contre les mauvais esprits: On la caresse de la main gauche, la main droite sur le cœur (ou faisant le signe de croix), dans l’espoir d’obtenir la protection divine. De nos jours, on la sollicite pour qu’elle réalise nos vœux. Il faut prendre garde à ne pas croiser la salamandre (ou dragon) après avoir fait son vœu sous peine qu’il soit annulé!

Victime de son succès au fil des siècles, tant de mains se sont posées sur la sculpture de la chouette, qu’elle en est polie, on ne devine plus que sa silhouette.

Les trois Chouettes

Si je vous dis qu’il n’y a pas une, mais trois chouettes dans la rue de la Chouette, vous me croyez? Tant d’années à fouler les pavés de cette rue, sans jamais l’avoir remarqué, c’est dingue! C’est au cours d’une de mes flâneries photos, qu’une vieille dame, contente de partager ses anecdotes sur le patrimoine dijonnais, m’indiqua les autres Chouettes. Je vous les montre?

On pourrait même en compter une quatrième depuis peu, au croisement des rues Verrerie, de la Chouette et Jeannin, réalisée par l’artiste Invader, lors de son passage à Dijon.

La Chouette et ses parcours

L’office de Tourisme de Dijon, Destination Dijon, propose de découvrir la ville en suivant le parcours de la chouette au moyen des flèches scellées au sol à son effigie. Il existe trois boucles, faciles à suivre avec le marquage au sol, ces parcours ludiques permettent de (re)découvrir les incontournables de la Cité des Ducs. C’est idéal pour visiter avec des enfants et découvrir la ville et son histoire tout en s’amusant.

Un livret explicatif (3.50€) est en vente dans les locaux de l’Office de Tourisme. Vous pouvez également retrouver l’application sur votre smartphone, pour la télécharger, c’est par ici: sur l’App Store: https://apple.co/2MCDpev et sur Google Play: http://bit.ly/2IxOtEy .

La chasse à la Chouette 2020 est lancée!

Le street artist « Monsieur Ibou », un Dijonnais de 40 ans, a eu l’idée pendant le confinement, de réaliser des chouettes, certaines portant un message, d’autres célébrant les spécialités dijonnaises (moutarde, tuiles vernissées, pain d’épices…), d’autres étant justes graphiques, comme il l’indique dans son interview avec France Bleu Bourgogne. Il en aurait installé une cinquantaine à Dijon et également déposé dans d’autres villes, comme Langres ou Paris

Pour vous lancer sur les traces de ces petites chouettes, plusieurs pistes: le compte Instagram de Mr. Ibou , L’enquête menée par France Bleu Bourgogne et très prochainement elles seront référencées sur l’application gratuite St’Art de géolocalisation des oeuvres de street art dijonnais.

Je me suis récemment lancée à la recherche de ces chouettes, sur 16 lieux identifiés au moyen de son compte instagram ou de l’article France Bleu Bourgogne, je n’en ai vue que 9! Certaines sont aimantées et donc amovibles et ont déjà pris leur envol vers d’autres lieux, comme par exemple celle qui était : rue Saumaise en hommage au Liban, rue Verrerie, impasse de Braisne, rue de la Chouette ( en face de la Chouette, car il en subsiste une autre), et celle sur le Char. Celles rue des Perrieres, et sur la façade France Bleu Bourgogne ont également élues domicile ailleurs, on n’en voit plus que les traces.

Bonne chasse les Touristes d’un jour!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close