Eglise Notre-Dame

Si je vous dis que 2020 marque son 800e anniversaire, qu’elle doit sa renommée à sa façade-écran décorée de gargouilles, et qu’elle arbore deux symboles dijonnais, voyez-vous à quel édifice religieux dijonnais je fais allusion?

Comme il est tendance d’être touriste d’un jour, j’en profite pour enfin pousser avec vous les portes de l’église Notre-Dame, située sur la place du même nom, non loin du Palais des Ducs de Bourgogne, au cœur du centre historique. C’est parti pour la visite virtuelle, vous me suivez?

L’église Notre-Dame

Joyau de l’art gothique bourguignon, édifiée au XIIIème siècle, elle est incontournable lors d’un passage par Dijon (ou d’une promenade tendance #1km !) notamment pour son impressionnante façade, que l’on dit unique en France. Elle se compose de trois bandeaux qui arborent, chacun, dix-sept fausses gargouilles.

Autre particularité, elle abrite une Vierge noire du XIème siècle, apparemment l’une des plus anciennes de France! Néanmoins, ce n’est pas cette Vierge qui m’interpelle le plus lorsque je flâne dans cette église, mais le Diable sculpté sur le portail central, un anneau entre les dents, signifiant que le mal  reste enchaîné à l’entrée de l’église, et l’orgue de tribune, que je trouve majestueux.

Deux symboles dijonnais

Le Jacquemart, qui la surmonte, est une horloge composée d’une cloche et d’un automate, prise de guerre de Philippe le Hardi qui les confisqua aux Flamands de Courtrai. Il administre l’heure depuis 1383. Au fil des siècles, les dijonnais lui offrent une femme, Jacqueline, qui sonne les heures en alternance avec Jacquemart, puis un fils, Jacquelinet, qui sonne les demi-heures et enfin une fille, Jacquelinette, qui elle, sonne les quart d’heure. Dijonnais et touristes aiment les observer œuvrer.

La légendaire Chouette de Dijon, dont je vous parle plus longuement dans l’article dédié, est devenue LE porte-bonheur des dijonnais. Vous la trouverez sur un des contreforts Nord de l’église: la tradition veut que pour formuler son vœu, on la touche de la main gauche, main droite sur le cœur, en prenant garde ensuite de ne croiser ni la salamandre ( ou dragon) ni le chat, perché sur le toit de la Maison Millière.

A très vite pour une nouvelle visite, les touristes d’un jour!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close