Les Ursulines: l’extraordinaire visite

Vous souvenez-vous de mes deux dernières expériences oeno-touristiques: D’une dégustation dans les sous-bois et Flâner à la Maison Vougeot ? Car la pépite dont je m’apprête à vous parler s’inscrit dans la même lignée!

L’avez-vous remarquée, cette colline qui s’est élevée ces dernières années à Nuits-saint-Georges? Une colline, d’une quinzaine de mètres de haut, recouverte de pieds de vigne dont la disposition rappelle les tuiles vernissées bourguignonnes.Une colline bien singulière, puisqu’elle abrite… Une cuverie!

J’ai eu la chance, début octobre de pousser les portes du nouveau joyau de la famille Boisset: La cuverie les Ursulines.

Amateur de vins, de photos, d’Histoire, de nouvelles expériences, de Bourgogne… Vous allez vite comprendre pourquoi il fait bon flâner à la Cuverie les Ursulines.

Les Ursulines, késako?

C’est le dernier concept que propose la famille Boisset. Une cuverie de vinification construite sur des caves voutées existantes, à l’emplacement de l’ancien couvent des Ursulines, bâtit en 1634 et occupé jusqu’à la Révolution Française.

Comme pour la Maison Vougeot, la Famille Boisset a travaillé avec l’architecte Frédéric Didier, de l’agence ARTENE.
Entre tradition et modernité, il revisite le concept de cuverie de vinification: au fonctionnel et à la technique, il ajoute l’esthétique. Pensée pour servir le vin, cette cuverie propose une visite qui sort de l’ordinaire, accompagnée d’une dégustation.

La visite: Si le vin m’était conté…

Dès le hall d’accueil, la grandeur du lieu se fait sentir, magnifiée par les matériaux nobles utilisés: chêne, verre, pierre et acier se mêlent dans une ambiance sobre, épurée et raffinée.

Face à l’entrée, une porte vitrée donne accès au vaste jardin du couvent, revalorisé. A gauche, la boutique qui présente, avec élégance, les produits de la Famille Boisset, à droite, un grand escalier en chêne qui conduit à la cuverie.

Un premier espace propose au visiteur un écran diffusant les informations sur les Climats, la culture et vinification du raisin.

Un second espace, prélude à la cuverie, présente une table arborant un œil de verre. Le curieux se penchera sur cette ouverture et découvrira un aperçu original, à la façon d’un miroir baroque ou d’une lentille fisheye, de la cave aux étoiles, située à l’étage inférieur.

la cuverie ronde

Tout est en rondeur dans cette cuverie de vinification en demi-sphère.
Les 54 cuves du chai à vins rouges, sont disposées en cercle. Le toit est arrondi et rappelle « un ciel étoilé un soir de vendanges » de par l’éclairage. Ciel, essentiel, dans la viticulture, puisqu’il conditionne les récoltes . Les passerelles, courbes et aériennes, permettent l’approvisionnement en raisin des cuves par le passage de wagonnets.

Le vitrail. Central, majestueux, il exalte l’esprit particulier du lieu. Il invite à un silence religieux et donne un caractère confidentiel: on entendrait presque les murmures du raisin qui se transforme en vin… un lieu d’expérience où l’âme du vin se révèle.

Cette cuverie est atypique de par la rondeur de la forme du bâtiment, en colline, qui se ressent aussi dans les volumes, espaces et matériaux intérieurs.

La cave voûtée

La flânerie se poursuit à l’étage inférieur, avec la découverte de vastes caves des 18ème et 19ème siècles, où s’élèvent les vins: retour à la tradition.

En parcourant les caves 18ème, on découvre la surprenante Cave aux étoiles. Outre de précieux breuvages, elle abrite le curieux dôme-miroir qui renvoie son reflet façon lentille fisheye, à l’étage supérieur.

La flânerie se poursuit avec la cave à vins blancs, entièrement refaite en pierre de Corton. 12 clefs de voûte symbolisant les 12 mois de l’année ont été recréées.

le cœur de verre

A l’intérieur de cette cave, au milieu des fûts, un espace de dégustation entièrement vitré et équipé des dernières technologies a été aménagé.

Les extérieurs

  • Le jardin

Retour à la surface, avec la découverte du jardin « à la française ». On devine le plaisir d’y flâner, en été, havre de fraîcheur verdoyant où chuchote l’eau des fontaines.

  • Le toit végétalisé

Entre vigne et ville, à 15m de hauteur, le sommet de la « colline » offre une vue remarquable sur la ville de Nuits-saint-Georges et les coteaux, d’autant plus à l’heure où le soleil se couche.

Alors, envie d’aller y flâner?


  • Ouverture au public le 19 novembre 2018, pour des visites de petits groupes, sur réservation _ 03 80 62 61 61_ www.jcboisset.com/fr
  • Retrouver l’actualité de la Cuverie sur Facebook: par ici
  • Cuverie Les Ursulines_ 5 rue du Moulin _ 21700 Nuits-saint-Georges

Un grand merci à Nathalie Boisset pour cette belle découverte!

Publicités

Ma 2ème Saint-Vincent, à Mercurey

Parce que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas eu l’opportunité de pouvoir partager une belle expérience avec vous….

Parce que j’avais adoré ma 1ère Saint-Vincent Tournante à Irancy

Parce que cette année, le temps s’annonçait clément pour l’occasion….

Parce que la team @igersbourgogne organisait un instameet (comprenez rencontre de fans d’Instagram, amoureux de la Bourgogne et de la photo/photo mobile) en partenariat avec l’Office de Tourisme et des Congrès du Grand Chalon  pour cet événement….

Parce que chanceuse, j’ai gagné un pass – kit TER pour me rendre à Mercurey…. (Bien que consommation d’alcool rime avec modération)

Parce que bourguignonne, je ne pouvais pas passer à côté de cette Saint-Vincent Tournante 2017….

Je m’en vais vous conter pourquoi je risque fortement de participer à l’édition 2018…

Quand Saint-Vincent rime avec tradition bourguignonne

Commençons par le commencement avec un petit rappel historique : Apparues au Moyen-Age, c’est en janvier 1938 que la confrérie des chevaliers du tastevin relance les manifestations liées à la Saint-Vincent en organisant la première Saint-Vincent tournante d’envergure à Chambolle-Musigny. (défilé des confréries, intronisation et ouverture des caveaux).

Evénement phare des festivités vigneronnes, ce sont les villages de Mercurey et Saint-Martin-sous-Montaigu qui ont eu l’honneur d’accueillir cette 73ème Saint Vincent Tournante .

Parce que la Saint-Vincent rime avec découverte d’une appellation

Pour la troisième fois depuis 1962, la Saint-Vincent Tournante s’est installée au coeur de l’appelation Mercurey. Dans le kit de dégustation, un flyer réalisé par l’Association des Sommeliers de Bourgogne, présente les millésimes à déguster: Les spécificités des Mercurey Blancs 2014 et 2015, et celles des Mercurey Rouges, 2011,2012,2013 et 2014.

En amont de la manifestation, différentes vidéos diffusées notamment sur les réseaux sociaux, permettaient d’appréhender l’appellation à découvrir qui comprend 85 Climats (dont 32 en premier cru): j’ai apprécié celle réalisée par le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB).

Enfin, la description faite par Olivier Poussier , meilleur sommelier du monde en 2000, finit de dresser le portrait de cette appellation: « Les beaux vins de Mercurey possèdent une certaine densité, une matière qui leur permet de (…) vieillir quinze à vingt ans, dans des millésimes solaires. Ce sont des pinots noirs très structurés, assez tanniques qui naturellement demandent du temps avant d’être bus »

Parce que la Saint-Vincent rime avec découverte d’un village viticole

Situé au cœur de la Bourgogne, entre la Côte d’Or au nord et le Beaujolais au sud, le village de Mercurey, qui compte un peu plus de 1 200 habitants, est un village à vocation essentiellement viticole : plus du tiers de la superficie de la commune est planté de vignes. Mercurey est considéré comme le chef de file des crus de la côte Chalonnaise. 

De la pierre, du fer, du bois, du vert et l’architecture spécifique de maisons vigneronnes…Bref, la Bourgogne, comme on l’aime: authentique!

Parce que la Saint-Vincent rime avec bénévoles

On note tout le savoir-faire, voire même le talent, de l’ensemble des acteurs ayant oeuvré pour la réussite de cette Saint-Vincent.

Outre un programme rythmé par les cérémonies traditionnelles le samedi, le badaud pouvait, au gré de son errance,

  • découvrir 8 thèmes/quartiers ( les vins de Mercurey dans le monde, dictons et coutumes, gastronomie/accords mets/vins, les métiers de la vigne et du vin en 1900…),
  • profiter d’un des 26 points de restauration proposant prioritairement des produits bourguignons (autant dire qu’il y en avait pour tous les goûts),
  • et, en flânant d’un point de dégustation à l’autre, (13 points de dégustation au total, 3 pour les millésimes blancs, 10 pour les millésimes rouges),
  • profiter des animations pour petits et grands: caveau pour enfants, expositions, musique, déambulations, vols de montgolfière et ballon dirigeable….

Bref, tout un programme!

Parce que la Saint-Vincent rime avec partage, convivialité, produits du terroir …

Record d’affluence pour cette édition 2017 avec plus de 100 000 personnes accueillies sur Mercurey et Saint-Martin-sous-Montaigu, dont 60 000 sur la seule journée de samedi! Ce sont, à priori, 15 000 bouteilles qui ont été ouvertes pour l’occasion.

Présente justement le 1er jour, je comprends mieux pourquoi il nous était parfois difficile d’accéder au précieux breuvage (notamment blanc!) à déguster. Patience et bain de foule était de rigueur, le tout dans la bonne humeur, évidemment!

A l’image de l’an passé, un esprit bon enfant règne dans les rues. Les groupes d’amis arborent des accessoires et tenues vestimentaires parfois improbables, souvent drôles, signe distinctif de ralliement.

J’ai entendu dire, que l’année prochaine, la Saint Vincent aura lieu à Prissé, pour célébrer le vignoble du cru Saint-Véran… En serez- vous?


Photos prises par mes soins


Plus de photos de la Saint Vincent 2017, c’est par ici 🙂

Le teaser officiel de la Saint-Vincent 2017, c’est ici 🙂

Plus d’information sur les vins de Bourgogne : http://www.vins-bourgogne.fr/


Remerciements

  • à Amélie de l’Office de Tourisme et des Congrès du Grand Chalon pour l’organisation, les kits dégustation
  • à la team des @igersbourgogne pour cette journée vineuse
  • à la SNCF /TER-Bourgogne-Franche-Comté pour la logistique d’une intermodalité sans faille

 

Besançon & sa Citadelle

Parce que j’avais envie de sombrer du côté francomtois de la Bourgogne …

Parce que j’avais l’opportunité de passer une journée « guidée » à Besançon, entre son centre ville et sa Citadelle

Parce que j’aime la vieille pierre…

Parce que, tout simplement, y’a plein de trucs sympas à faire, à goûter, à voir en Franche-Comté

Parce que ce n’est pas loin…

Parce que j’aime faire la touriste…

… Voilà pourquoi j’y retournerai!

La Citadelle de Besançon

La Citadelle propose des visites adaptées à l’emploi du temps de chaque touriste. Il faut toutefois compter une demie-journée minimum pour profiter pleinement de ce site inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO (2008).

Elle abrite également le musée comtois, le musée de la Résistance et de la Déportation, le muséum et ses espaces animaliers ( Aquarium, insectarium, jardin zoologique…)… sans compter l’ensemble du patrimoine architectural du site qui couvre 11 hectares… Vaste programme!

Merci Vauban!

Même si le chef d’oeuvre de Vauban n’est plus à présenter… Qu’il est bon de se laisser porter par une visite guidée et animée par Vauban lui-même!! Si, si, l’architecte militaire de Louis XIV… On m’aurait menti?! 🙂

Pendant une heure, un comédien-guide nous dévoile, avec humour et en interagissant avec ses spectateurs, ses connaissances sur l’histoire et l’architecture du site. Apprendre en s’amusant, quel plaisir!

Chapelle Saint-Etienne

Belle réhabilitation et utilisation de cette chapelle, qui, le temps d’un spectacle multimédia, nous immerge pleinement dans l’Histoire du lieu.

Les chemins de ronde

Après la visite guidée et animée, j’ai profité du quartier libre pour grimper sur les chemins de ronde. La Citadelle surplomble à plus d’une 100m la vieille ville de la capitale comtoise. J’ai bénéficié de points de vue époustouflants sur la ville, la vallée et le patrimoine architectural du site.

 Le restaurant

Après l’effort, le réconfort… Qui passe bien souvent par mon estomac! 🙂 C’est sur place, au restaurant Le Grand Couvert dans la Citadelle que nous avons déjeuné avant de partir à la découverte de la vieille ville.

Besançon

Palais Granvelle

C’est au Palais Granvelle que nous poursuivons notre découverte. Ce palais, dans un parfait état de conservation, nous plonge en pleine Renaissance (XVIè siècle). L’Histoire de Nicolas Perrenot de Granvelle, garde des sceaux de l’empereur Charles Quint, se dessine au fil des explications données par la guide.

Musée du Temps

Le palais Granvelle abrite le Musée du Temps. La guide nous fait revivre les grands moments de l’horlogerie bisontine. Collections d’horlogerie, tapisseries, peintures historiques, objets d’art nous plongent dans l’histoire du lieu et de la ville.

Bémol: Entre la richesse des collections exposées, la passion de notre guide dans ses explications, les questions des touristes d’un jour que nous étions, le temps nous a manqué pour découvrir le fameux pendule de Foucault (déception). Un panorama sur les toits de la ville manqué (grosse déception)! Bref, 2h pour un groupe de 20 personnes n’est pas suffisant, même pour survoler le musée, et découvrir quelques lieux d’intérêt dans la vieille ville. Revenir, je devrai!

Juste flâner dans les rues de Besançon

Notre accompagnatrice nous a ensuite guidés dans les rues de la vieille ville pour nous lire l’Histoire qui se dessine sur les façades, dans les cours intérieures… Quand à Dijon la pierre de Bourgogne prend des teintes rosées, celle à Besançon prend des teintes bleutées: belle complémentarité, non?

 

Un peu,beaucoup de Franche-Comté…

Parce que ça fait un an déjà que nous avions lancé notre 1ère échappée en Franche-Comté avec Papilles en Balade et Dans les jumelles d’Alexandra… C’est d’ailleurs Papilles en Balade qui vous raconte notre balade en Franche-Comté, effectuée il y a un an :

– Salines d’Arc-et-Senans

Découvrir la Balade aux Salines d’Arc et Senans

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– Ornans et la Vallée de la Loue

Flâner avec Papilles en balade à Ornans et dans la vallée de la Loue, c’est par ici

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– Arbois&ses vins

Déguster et savourer la Franche-Comté, c’est par ici!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et vous, vous sombrez quand du côté Francomtois de la #BFC?


Préparer sa visite à la Citadelle : http://www.citadelle.com/fr/

Préparer sa visite à Besançon: http://www.besancon-tourisme.com/fr/

Découvrir le Musée du Temps: http://www.mdt.besancon.fr/

Séjourner en Franche-Comté: http://www.franche-comte.org/


Photos prises par mes soins.

Flâner au Château de Bussy Rabutin

Parce qu’il y avait un instameet (rencontre d’instagramers) organisé dans l’Auxois par les @igersbourgogne

Parce que cette journée associait vin et patrimoine

Parce que j’aime la vieille pierre… Et les anecdotes croustillantes des siècles passés…

Parce que je n’avais jamais eu l’occasion de visiter le château de Bussy Rabutin…

Après le Domaine de Flavigny-Alesia, j’ai découvert ce château et ses jardins.

Le château, reflet de la Renaissance

C’est dans un vallon boisé de l’Auxois que se cache le château de Bussy-Rabutin. Remercions Louis XIV qui a condamné à l’exil le comte Roger de Bussy-Rabutin, sur ses terres bourguignonnes, nous laissant ainsi ce fabuleux témoignage de l’Histoire.

Exil?

Suite à quelques incartades, le comte est condamné une première fois à l’exil dans son château, sur ses terres de Bourgogne. Pour distraire sa maîtresse, il écrit un roman l’Histoire amoureuse des Gaules, pamphlet qui dévoile les galanteries de la cour de France. Publié contre son gré, cet ouvrage provoque le scandale. Embastillé, puis libéré pour être condamné, cette fois-ci, à l’exil définitif, Roger de Bussy-Rabutin développe une grande amertume, notamment quant à sa carrière militaire brisée.

Au fil des pièces, (la salle des Devises, le salon des Hommes de guerre, la galerie des Rois, la tour Dorée, la chambre (…) ) la visite permet de découvrir, grâce au décryptage de la guide, son amertume, notamment, à l’égard du Roi-Soleil.

Exposition temporaire/ itinérante

L’exposition itinérante « Lanternes magiques et fantasmagories« , est accessible jusqu’au 26 juin. C’est dans l’aile Sarcus, habituellement fermée au public, que vous pouvez découvrir moultes inventions du XIX ème siècle, le tout dans une ambiance de maison hantée!

 Le jardin à la française

Labellisé  « Jardin remarquable », le jardin à la française du château est fidèle à son apparence du XVIIème siècle. Superbe cadre de verdure avec des bassins et un labyrinthe. Buis, rosiers, pivoines et autres plantes habillent l’ensemble.

Pour pouvoir profiter pleinement du village de Bussy-le-Grand, du parc du château qui conserve également un rucher, un verger, un potager comportant d’anciennes variétés de légumes (…), il me faudra revenir par beau temps!

Et vous, c’est pour quand votre immersion dans le XVIIème siècle?


Plus d’informations: http://www.chateau-bussy-rabutin.fr/

Préparer son séjour dans l’Auxois: http://www.ot-montbard.fr/


Photos prises par mes soins.

Poésie d’un coucher de soleil…Episode IV

On ne l’avait pas vu depuis un certain temps pour ne pas dire un temps certain… Et vendredi, miracle, ses rayons sont venus donner un coup de fouet au moral des dijonnais… L’épisode n’aura duré que 24h, mais quel bonheur d’avoir pu en profiter!

C’est au Mont Afrique, à quelques kilomètres au Sud de Dijon, sur les communes de Corcelles-les-Mont et Flavignerot, que je suis allée admirer la parade du coucher.

Parce qu’on a vu le soleil se coucher

Lieu de promenade privilégié des dijonnais, le Mont Afrique culmine à environ 600m, il offre une vue imprenable sur Corcelles-les-Mont, les prémices de la Vallée de l’Ouche avec notamment la statue de Vierge à l’Enfant du monument à Notre Dame d’Etang, culminant sur la montagne du même nom  et l’imposant viaduc ferroviaire de Velars-sur-l’Ouche… Différents sentiers de randonnée permettent d’accéder au sommet du Mont Afrique, tout en découvrant les communes environnantes.

Prises par le temps, nous avons laissé notre véhicule au pied du relais hertzien. Nous avons flâné pendant une demi-heure sur le chemin de ronde…

…Avant de nous installer, pour partager, non seulement un moment convivial, mais également un coucher de soleil qui a embrasé le ciel.

Du Mont Afrique à Alesia

J’avoue que cette appellation insolite m’a toujours intriguée… L’exotisme du toponyme (pour lequel on ne trouve pas forcément l’origine exacte) ferait vraisemblablement référence à un corps auxiliaire des légions romaines, constitué de troupes africaines, qui aurait stationné à cet endroit lors de la bataille dite « de Dijon » qui précède celle d’Alésia en 52 av. J.-C. A ce propos, quelle que soit la polémique autour de la localisation de cette célèbre bataille, connaissez-vous le Muséoparc Alesia?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous invite à découvrir le récit de Papilles en balade sur ce site remarquable.


Pour apprécier d’autres images de couchers de soleil, je vous renvoie vers les Episodes I, II et III.


Photos prises par mes soins.

 

Dijon autrement…Episode puddles quartier République

Malgré un dimanche sous le soleil… La grisaille se réinstalle sur notre belle Dijon… J’ai décidé de nouveau de m’en jouer (je vous renvoie à l’épisode I).

Quartier République pluvieux, quartier République Radieux.

J’aime mon quartier, au centre ville, juste en bordure du secteur sauvegardé, j’ai accès à une multitudes de services (notamment correspondance entre les tramways et les bus), commerces…et flâneries!

Avec l’arrivée du tramway, cette place s’est métamorphosée offrant un espace de vie remarquable aux dijonnais, d’autant plus en été, avec l’ajout d’une fontaine au pied de la statue de Sadi Carnot.

Samedi, il faisait gris, la pluie s’est imposée une bonne partie de la journée… Un moment de répit, et me voilà partie à la chasse aux puddles!

20160220_143119-01
Puddle statue Sadi Carnot, Place de la République Dijon

Même si la grisaille persiste… Parfois, quelques rayons percent…

A bientôt, pour un nouvel épisode, Dijon autrement…


Découvrir Dijon:  http://www.destinationdijon.com

Se divertir à Dijon: http://jondi.fr/


Photos prises par mes soins.

Dijon autrement…Episode Puddles&Centre Ville

Face à l’engouement pour mes photos de puddles (Photographier une flaque d’eau en jouant avec les reflets qu’elle offre, merci la génération Instagram! ) dans le centre ville de ma belle Dijon, publiées sur facebook, j’ai souhaité partager cette vision singulière au travers d’un article.

Dijon pluvieuse, Dijon radieuse

Parce que, comme dans d’autres villes, nombreuses, celles dites « du Nord », le dijonnais doit parfois s’habituer à une succession de jours gris, et qu’il peut sombrer dans la monotonie de cette grisaille, il est nécessaire de savoir dire NON à la monotonie!

La richesse du patrimoine architectural et historique de Dijon, fait du centre ville un véritable terrain de jeu, par temps pluvieux, pour les chasseurs de flaques comme moi.

Car une ville, quand on l’aime, on la trouve belle quelque soit le temps qu’il fait.

Parce que c’est le regard que l’on pose dessus, qui la rend belle. Changer son angle de vue, permet d’être surpris à chaque coin de rue. (Et accessoirement d’éveiller la curiosité des passants avides de comprendre pourquoi on photographie une vulgaire flaque d’eau…!) Enfin, dans un contexte où la morosité règne, n’est-il pas magique de s’émerveiller, encore et toujours, de ses flâneries en ville?!? Les choses simples, ne sont-elles pas les meilleures?

Alors, comment ne pas être emporté par ce centre ville classé au patrimoine mondial de l’UNESCO?


Découvrir Dijon:  http://www.destinationdijon.com

Se divertir à Dijon: http://jondi.fr/

Dijon célébrée, dans le dernier clip de la A-Team :

 


Photos prises par mes soins

Poésie d’un coucher de soleil…Episode III

Parce qu’une amie est venue pour le we… Je lui ai fait découvrir le coucher de soleil depuis la falaise de Baulme-la-Roche….

Juste voir le soleil se coucher

Après avoir marché 500m sur un sentier totalement plat (effort zéro!), nous avons vu le soleil se coucher….

Parce que j’aime les dégradés de couleurs qu’offre un coucher de soleil

Parce que chaque coucher de soleil est singulier….

Parce qu’un coucher de soleil, c’est universel….

 

 

Poésie d’un coucher de soleil…Episode II

Quand le Roi soleil fait sa parade

Parce que j’aime les dégradés de couleurs qu’offre un coucher de soleil…

Parce que chaque coucher de soleil est singulier….

Parce qu’un coucher de soleil, c’est universel….

Parce qu’un coucher de soleil, c’est romantique….

Parce que je suis retournée sur le plateau de Talant, pour voir les arbres danser…

 

Poésie d’un coucher de soleil…Episode I

Flâner dans le vieux Talant

En attendant que le roi soleil commence sa parade du coucher, je me suis promenée dans les rues du Vieux Talant…

Voir le soleil se coucher

Parce que j’aime les dégradés de couleurs qu’offre un coucher de soleil…

Parce que chaque coucher de soleil est singulier….

Parce qu’un coucher de soleil, c’est universel….

Parce que sur le plateau de Talant, on y voit les arbres danser…